Player

France 24 Mobile – L’actualité internationale 24h/24

BILLET RETOUR

Retour dans les pays qui ont marqué l’actualité, les villes traumatisées par la guerre, une catastrophe naturelle ou un désastre industriel. Le dimanche à 21h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

© France 24

Vidéo : sur les traces du Sentier lumineux au Pérou

Dernière modification : 02/03/2018

Par Antoine BODDAERT , Vincent ROUX

Au centre du Pérou, la région d’Ayacucho a été durement touchée par le conflit qui a déchiré le pays entre 1980 et 2000. Entre massacres de la guérilla du Sentier lumineux et exactions de l’armée, Ayacucho a été plongée au cœur de la guerre. Des milliers de personnes ont perdu la vie ou sont portées disparues et 25 ans après, le Pérou reste traumatisé par ces années noires. Notre reporter au Pérou est parti sur les traces du Sentier lumineux.

Le "Sentier lumineux", celui de la Révolution. D'un slogan du Parti communiste est né le nom d'une guérilla, à l'origine des pires violences qu'ait connues le Pérou au XXe siècle. En 1980, le mouvement tente de saboter une élection, et la lutte idéologique se transforme en lutte armée. Les combats avec les militaires deviennent de plus en plus violents. Le Sentier lumineux parvient à prendre le contrôle de plusieurs régions rurales du Pérou, et de certains bidonvilles de Lima, la capitale.

Perché dans la cordillère des Andes, au Pérou, le village de Lucanamarca est emblématique des violences qui ont frappé la région. En 1983, la guérilla maoïste y a assassiné 69 paysans sur la place centrale du village. Aujourd’hui, seuls deux survivants du massacre sont encore en vie.

2 000 corps identifiés

En 20 ans, le conflit a entrainé la mort ou la disparition de près de 70 000 personnes, victimes de la guérilla maoïste ou des représailles de l’armée. Alors que la nouvelle génération oublie peu à peu son passé, de nombreuses familles vivent encore dans l’espoir de retrouver leurs proches disparus.

Une équipe médico-légale spécialisée dans la recherche et l’identification des disparus du conflit a été créée en 2003. Depuis sa création, elle a trouvé environ 3 500 corps et a pu en identifier près de 2 000. Les techniques les plus avancées sont utilisées, jusqu’à l’analyse ADN, pour tenter de redonner un nom aux corps arrachés à la terre. Pour faciliter ce processus, une loi promulguée en 2016 encadre désormais officiellement les recherches de personnes disparues. Mais près de 15 000 disparitions attendent toujours d’être élucidées…

Coca et politique

Après la capture de son chef Abimael Guzman en 1992, la guérilla explose en petits mouvements locaux. Certains se lancent dans le trafic de drogues et contrôlent aujourd'hui encore certaines zones. Dans la région du Vraem, où la jungle est partout et la culture de la feuille de coca reste l’activité principale, les forces spéciales antidrogue font souvent face à la violence des anciens membres de la guérilla.

Aujourd’hui, le Sentier lumineux est toujours placé sur la liste officielle des organisations terroristes par les États-Unis et l'Union européenne. Mais à Lima, la guérilla tente de renaître sous forme de mouvement politique : le Mouvement pour l’amnistie et les droits fondamentaux, le Movadef, a été créé par d’anciens membres de la guérilla maoïste, parfois tout juste sortis de prisons, et plusieurs de ses membres sont aujourd’hui traduits en justice pour apologie du terrorisme. De quoi raviver les heures les plus sombres de l’histoire du Pérou.