france24

Player

JEUX VIDÉO

À l'E3 de Los Angeles, les annonces se ramassent à la pelle

Dernière modification : 05/06/2012

©

Texte par Sébastian SEIBT

Pour Microsoft, Ubisoft, Sony et Nintendo, le salon du jeu vidéo E3 est l'occasion de dévoiler les titres qui vont leur permettre de remplir le tiroir-caisse. Derrière ce grand spectacle, il est aussi question de stratégie à long terme.

Halo 4 par ci, Assassin's Creed par là... Le premier jour de l'E3, consacré à la presse, permet à tous les grands constructeurs de faire de la surenchère pixelisée. Qui présente le plus beau catalogue de jeux à venir ? Qui saura s'imposer à l'applaudimètre ? Un exercice convenu et pourtant incontournable pour les professionnels du secteur.

Derrière les vidéos vantant les mérites de telle ou telle grosse production vidéoludique pourtant, chacune des quatre sociétés qui tient sa conférence de presse annuelle ce 4 juin (Microsoft, Ubisoft, Sony et Nintendo) en profite aussi pour faire des annonces plus stratégiques. L'occasion pour FRANCE 24 de décrypter le plan de bataille de ces mastodontes du jeu vidéo pour 2012.

Le tout-en-un de Microsoft

Le père de la Xbox 360 a, certes, suscité un lot d'applaudissements convenus, ce lundi 4 juin, lors de la présentation à l'E3 de ses vidéos à forte valeur de testostérone ajoutée (Halo 4, Splinter Cell : Black List, etc.), mais la vraie surprise s'appelle Smart Glass.

Il ne s'agit ni d'un jeu ni d'un accessoire, mais du nouveau tout-en-un "made in Microsoft", une technologie qui permet de faire correspondre entre eux la console de jeu, un smartphone et/ou une tablette. Ainsi, le téléphone peut, grâce à l'application Smart Glass, servir de télécommande à la télévision tandis que la tablette permet de discuter en ligne avec d'autres joueurs pendant une partie.

Et ce n'est qu'un début, promet Microsoft. En effet, le géant de Redmond semble fonder de grands espoirs sur cette technologie pour prolonger la durée de vie de sa Xbox 360 qui a, tout de même, près de sept ans. Surtout, Microsoft répond ainsi aussi bien à Sony qu'à Nintendo. La PS3 de Sony permet déjà, notamment, de continuer sur console portable une partie débutée devant sa télévision. Quant à la Wii U de Nintendo, censée être la star de cet E3, elle promet, grâce à son nouveau contrôleur en forme de tablette, des fonctionnalités similaires au Smart Glass.

À ces deux concurrents, Microsoft répond donc qu'avec sa technologie, il ne sera pas nécessaire d'acheter un nouvel appareil. Le Smart Glass doit, en effet, pouvoir fonctionner aussi bien sur un Windows Phone que sur un iPhone ou un smartphone Android (de Google). Ce sera peut-être moins rentable pour Microsoft mais, au passage, la firme se drappe des habits de celui qui essaie le moins d'enfermer le consommateur dans son propre écosystème.

Ubi U. Lorsqu'une nouvelle console pointe le bout de sa manette, un éditeur de jeux peut aborder l'événement de deux manières différentes : attendre de voir si la sauce prend ou se jeter à l'eau en espérant être parmi les premiers à pouvoir bénéficier d'un éventuel succès. Le français Ubi Soft a clairement choisi la deuxième option. Son grand show donné à l'E3 est une véritable déclaration d'amour à la nouvelle console de Nintendo, la Wii U : six jeux griffés Ubi Soft seront ainsi disponibles dès le lancement de la console japonaise en fin d'année.

Certes, l'éditeur français a aussi roulé des mécaniques avec ses franchises stars que sont "Splinter Cell", "Assassin's Creed" et "Far Cry", mais le clou du spectacle était ailleurs. Le personnage fétiche d'Ubi Soft, "Rayman", va ainsi débuter de toutes nouvelles aventures sur la dernière née de Nintendo. Une prise de risques indéniable. Exposer ainsi le personnage sur lequel Ubi Soft a construit son succès témoigne d'une confiance presque aveugle dans la capacité de Nintendo de faire de la Wii U un succès dès son lancement. Naïveté, accord commercial bien négocié ou pari gagnant ?

Le club VIP de Sony. Pour le constructeur japonais, l'avenir s'assure à coup d'"exclusivités". Sony a dû répéter aussi souvent ce mot que le défunt patron d'Apple Steve Jobs pouvait utiliser sans réserve le terme "magique".

Il faut reconnaître que le créateur de la Playstation 3 est, pour l'heure, celui qui dévoile le plus grand nombre de titres inédits. Entre le très sombre jeu futuriste "The Last of Us" ou "Beyond", la nouvelle production des créateurs du ciné-jeu "Heavy Rain", on peut dire qu'il existe une vraie créativité "made in Sony".

Ce n'est évidement pas par amour de l'art que Sony insiste tant sur ses exclusivités. Le message est vieux comme le monde du jeu vidéo : pour pouvoir profiter de ces titres alléchants, il faut une PS3. Vous voulez le contenu ? Achetez le contenant.

Miser uniquement sur ces jeux masque mal cependant le manque d'innovations matérielles chez Sony. Certes, on savait que le constructeur n'allait pas dévoiler de nouvelle console comme Nintendo, mais il n'a rien amené dans sa hotte pour montrer que sa console savait évoluer avec son temps. De ce côté, Microsoft semble être plus rapide à s'adapter avec sa Kinect et l'intégration à la Xbox 360 de fonctions sociales et multimédias de plus en plus poussées.

La seule innovation qui a pu être présentée à un public plus que dubitatif furent les "Wonderbooks", des livres intéractifs qui permettent de voir et d'intéragir à l'écran ce qu'on lit. C'est original, mais plutôt anecdotique.