france24

Player

MALI

Reprise des discussions entre le MNLA et Ansar Dine pour unir leurs forces

Dernière modification : 02/06/2012

©

Texte par Dépêche

Le Mouvement national de libération de l’Azawad et Ansar Dine ont repris les discussions pour unir leurs forces, relançant ainsi un projet de fusion qui avait capoté - les islamistes voulant l'application de la charia contrairement au MNLA.

AFP - Un chef de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) a entamé vendredi soir dans le nord du Mali des discussions avec le leader du groupe islamiste d'Ansar Dine, jetant des doutes sur l'abandon annoncé plus tôt de leur projet de fusion.

Crise malienne: Interview de Thomas Boni Yayi, président en exercice de l'Union africaine

"Bilal Ag Achérif, secrétaire général du MNLA, et Iyad Ag Ghaly, leader de Ansar Dine, sont actuellement en discussions à Gao (nord-est) autour de l'affaire de la fusion annoncée entre les deux mouvements", a déclaré Walil Ag Chérif, un proche du leader d'Ansar Dine par téléphone vendredi soir à un journaliste de l'AFP à Bamako. Il n'a pas fourni d'autres détails.

L'entourage de Bilal Ag Achérif a confirmé l'entretien entre les deux hommes à Gao, sans en préciser l'objet, alors que quelques heures auparavant, était diffusé un bref communiqué du MNLA dénonçant le protocole d'accord relatif à cette fusion, signé il y a une semaine.

Ce texte, daté de Gao et par signé par Hamma Ag Mahmoud, membre du Bureau politique du MNLA, évoque des désaccords sur l'application de la charia (loi islamique) que prône Ansar Dine dans tout le Mali, alors que le MNLA se proclame laïc et défend la création d'un Etat dans les limites de la région naturelle de l'Azawad, s'étendant du nord-est au nord-ouest du Mali.

"Le Bureau politique du MNLA, devant l'intransigeance d'Ansar Dine sur l'application de la charia dans l'Azawad, et pour être fidèle à sa ligne de conduite résolument laïque, dénonce l'Accord en date du 26 mai 2012 avec cette organisation et en déclare nulles et non avenues toutes dispositions y afférent", y déclare Hamma Ag Mahmoud.



"Pas encore" de position sur la fusion




Vendredi soir, un proche du secrétaire général de la rébellion touareg a indiqué que Bilal Ag Chérif a reçu ces deux derniers jours des messages de membres du mouvement résidant à l'étranger hostiles à la fusion avec Ansar Dine, mais que lui-même n'avait "pas encore pris de position" sur le dossier. "Il attend la fin de son entretien avec Iyad Ag Ghaly" pour le faire, a précisé cette source.

Plus tôt vendredi, l'entourage d'Iyad Ag Ghaly avait confirmé l'impasse avec le MNLA, sans toutefois exclure des retrouvailles. Pour Ansar Dine, "il n'est pas question de revenir en arrière" sur la charia, "mais si le MNLA le veut, il vient (avec Ansar Dine)", avait dit Walil Ag Chérif, en soulignant une divergence d'opinions sur le sujet entre les responsables du MNLA au Mali, et ceux qui sont basés en Mauritanie ou en France.

Ansar Dine, allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi, jihadiste), et le MNLA avaient surpris en signant un "protocole d'accord" sur leur fusion au sein d'un "Conseil transitoire de l'Etat islamique de l'Azawad".

Cette entente avait été rejetée par le gouvernement malien, l'Afrique de l'Ouest et l'Union africaine (UA), alors que les islamistes confortent leur domination sur l'immense Nord malien qu'ils contrôlent depuis deux mois, avec le MNLA et d'autres groupes armés.

Porte-parole du MNLA basé à Paris, Mossa Ag Attaher, a affirmé à l'AFP que le mouvement touareg avait "accepté le mot d'+Etat islamique+, mais il devait être écrit que nous pratiquons un islam modéré et tolérant, et la charia ne devait être mentionnée nulle part". "Nous ne sommes pas prêts à nous retrouver enfermés dans la charia du jour au lendemain", a-t-il insisté, alors que ces divergences avaient très vite surgi après la signature de l'accord.

Pour un Mauritanien spécialiste du dossier, la décision du bureau politique de la rébellion touareg reflète surtout la position "des gens du MNLA qui sont à l'extérieur, pas (de) ceux qui sont sur place et qui sont suivis par la majorité". Elle "ne peut signifier qu'une scission du MNLA après les protestations de la communauté internationale", a-t-il estimé.

L'annonce de la fusion MNLA-Ansar Dine avait fortement divisé la communauté touareg dans le nord du Mali et la rébellion touareg elle-même. En perte de vitesse face à Ansar Dine et Aqmi, le MNLA a vu beaucoup de ses officiers rejoindre récemment les islamistes, selon une source sécuritaire régionale.

Le chef de l'Etat béninois et président en exercice de l'UA Thomas Yayi Boni a rappelé que la crise au Mali menace de déstabiliser toute la zone. Il a plaidé mercredi pour une saisine du Conseil de sécurité de l'ONU en vue de la création d'une force militaire africaine d'intervention au Mali. "Le dialogue ne doit pas trop durer", a-t-il averti.